Sécurisation des entreprises et des lieux recevant du public face à la menace terroriste

Sécurisation des entreprises et des lieux recevant du public face à la menace terroriste


Dans les heures qui ont suivi les attentats du 13 novembre, les entreprises de sécurité privée ont été véritablement prises d’assaut par des demandes de renforcement des effectifs, à tel point que certaines d’entre elles ont dû réguler ces demandes. À ce jour, les entreprises de sécurité, pour celles qui prennent grand soin de sélectionner et former leurs agents de sécurité, ont pratiquement atteint leur capacité maximale, tellement la demande est encore forte. S’il est bien compréhensible, voire obligatoire, que tout dirigeant d’entreprise ou de lieu ouvert au public cherche à tout mettre en œuvre pour protéger ses salariés, clients, visiteurs et plus généralement toutes les parties prenantes, il est selon moi utile de se poser la question sur la réelle efficacité de telles mesures.


 

Se poser les bonnes questions

Pour analyser sereinement la situation, plusieurs facteurs doivent être pris en compte.

  • Le tout premier d’entre eux est l’obligation de résultat (jurisprudence constante) qui pèse sur les épaules du dirigeant d’entreprise pour tous les aspects liés à la sûreté/sécurité de ses salariés.
  • Le second paramètre est de l’ordre de la responsabilité morale bien connue de tous les dirigeants: face à une telle situation, leurs réactions se doivent d’être claires, nettes, immédiates et visibles, afin de rassurer ses collaborateurs, clients ou visiteurs.
  • Le troisième paramètre est de définir clairement la nature de la menace. S’agit-il de protéger l’entreprise contre de petites bandes de voyous ? S’agit-il de maîtriser les accès ? Ou s’agit-il de faire face et de repousser une attaque terroriste composée d’énergumènes sanguinaires armés d’armes de poing, d’armes longues et d’explosifs ?
  • Le quatrième point, non des moindres, est de se demander si les courageux agents de sécurité qui seront mis à disposition pourront détecter et stopper (fixer) la menace, se protéger, riposter s’il le faut, et enfin donner l’alerte aux forces du Ministère de l’Intérieur.
  • La cinquième question est purement économique. De manière très pragmatique, cette question est de savoir combien de temps il sera possible de maintenir de telles mesures sans altérer les résultats de l’entreprise. En effet, selon le secteur d’activité (grands magasins, hôtels, loisirs, etc.), de tels évènements ont immédiatement des impacts financiers qui peuvent rapidement devenir insupportables.
  • Enfin, l’ultime question à se poser est de savoir de manière très objective si le renforcement ou la mise en place d’agents de sécurité pourrait avoir un réel impact sur le plan de la sûreté générale de l’entreprise ou du lieu public.

Posée autrement, la question est de savoir si un ou des agents de sécurité, aussi bien formés soient-ils, aussi professionnels soient-ils, aussi volontaires soient-ils, mais équipés d’une tenue réglementaire, d’un talkie-walkie et, accessoirement, d’un magnétomètre et d’un gilet pare-balles, pourraient faire face à un groupe de terroristes armés et décidés à aller jusqu’au bout de leur action.

Les agents de sécurité en poste au Bataclan auraient pu être 2 fois, voire 3 fois plus nombreux, que le résultat que nous connaissons aujourd’hui aurait été le même.

Par conséquent, vous l’aurez sans nul doute compris, la réponse est un grand NON. Le renforcement en nombre d’agents de sécurité peut rassurer, il peut être une des réponses apportées à ce genre de problématique, mais en aucun cas la solution.

Au lendemain des attentats du 13 novembre, les agents de sécurité à Paris étaient dans certains quartiers plus nombreux que les touristes.

Pensez-vous qu’une fois une cible définie, des terroristes, kamikazes de surcroît, ne feront pas face avec la plus grande brutalité à un ou des agents de sécurité statiques ? Pensez-vous que ces mêmes terroristes, complètement endoctrinés et avides de mourir en martyr, seront dissuadés de passer à l’acte ? Là encore, la réponse est un grand NON. De plus, ils auront toujours, outre leur armement, un avantage de taille et cet avantage s’appelle la surprise.

Faire face à une menace de ce type impliquera obligatoirement de changer de modus operandi afin de pouvoir « insécuriser » au maximum les terroristes.

Quelles solutions ?

En matière de terrorisme en France, en Europe et plus généralement dans le monde, le conditionnel ne peut être que rayé des cartes, et très certainement pour un très long moment.

Aujourd’hui, seules les questions suivantes sont encore d’actualité :

  • Quelles cibles en priorité ? (entreprises, transport, CHU, commissariats, gendarmeries, etc.)
  • Qui et combien ? (terroristes vivant dans le pays, terroristes infiltrés, hommes, femmes, adolescents et enfants, 1 groupe, plusieurs groupes…)
  • Comment ? (assaut, explosifs, utilisation de vecteurs, attentats et surattentats simultanés, etc.)
  • Quand ?
  • Où ? (Europe, France, Paris, province, grandes villes, villages)
  • Quelle intensité ? (en journée ou en soirée, sur plusieurs jours, plusieurs semaines…)

Face à de tels évènements qui ne manqueront pas de se produire, il est bien évidemment de la plus haute importance de ne pas baisser la garde et de profiter de tous les moments d’accalmie pour créer ou renforcer une véritable culture de la sûreté dans les entreprises et les lieux publics, et plus globalement auprès de toutes et tous. La formation et la sensibilisation du plus grand nombre sont tout simplement de la plus haute importance.

(A télécharger sur notre blog : une fiche réflexe pour tous sur les conduites à tenir en cas d’attentat et une fiche réflexe à l’attention des entreprises sur les conduites à tenir en cas d’attentat).

L’une des clefs de voûte pour lutter contre ce type de menace est une vigilance accrue et de tous les instants. Il ne s’agit pas là de paranoïa ou de toute autre crise anxiogène, mais d’une réalité avec laquelle nous allons devoir apprendre à vivre. Il ne peut plus être question aujourd’hui d’être classés dans la catégorie des alarmistes ou des pessimistes, car de telles réactions ne seront que de pure perte de temps face à une menace dont la probabilité d’occurrence est aujourd’hui certaine.

Pour faire face efficacement et durablement à cette menace d’un nouveau genre sur la forme, il va être selon moi primordial de complètement repenser notre approche en matière de sécurité privée.

Si le monde de la sécurité privée avec 160 000 agents a déjà bien évolué sous les effets d’une législation qui s’est renforcée ainsi que sous les auspices du CNAPS, je suis convaincu qu’il ne s’agit là que d’un début.

Pour arriver à un résultat réellement satisfaisant pour tous, les recrutements, les formations, le statut même des agents de sécurité vont devoir être profondément revus dans les mois et les années à venir de manière à professionnaliser encore plus tous les agents de sécurité privée afin qu’ils ne soient plus perçus comme de « simples » agents de sécurité, mais comme de véritables auxiliaires du Ministère de l’Intérieur. Il n’est pas là question de privatiser la sécurité publique, mais bel et bien d’apporter des appuis de qualité à tous celles et ceux qui luttent contre le terrorisme.

Si les agents de sécurité sont d’une très grande efficacité afin de gérer des flux, contrôler des accès, dissuader une certaine catégorie d’acteurs malveillants, ils sont en l’état totalement inefficaces pour faire face à des terroristes armés et organisés. À ce jour, des agents de sécurité en faction devant une entreprise, dans un centre commercial, un parc de loisirs, etc. ne représentent que des cibles de plus, mais en aucun cas un frein pour des terroristes décidés à perpétrer un carnage.

Pour être efficaces, ces agents de sécurité devraient pouvoir se mêler à la foule et être, pour certains d’entre eux, totalement « invisibles ». À terme, il faudra que plus personne ne puisse penser/s’imaginer que l’absence d’agents de sécurité visibles implique obligatoirement que le lieu ne fait pas l’objet d’une protection accrue, bien au contraire.

Les principales missions de ces agents en civil devraient être de détecter tous les situations ou comportements suspects, d’alerter discrètement les forces de l’ordre et, si nécessaire, de neutraliser des individus qui seraient passés à l’acte. Il est entendu que, pour remplir leur mission avec efficacité, ces agents de sécurité d’un nouveau genre devront être armés. À défaut de terroriser les terroristes, un tel déploiement insécurisera à coup sûr la démarche des terroristes.

Dans l’attente de voir la législation évoluer, des mesures palliatives peuvent être privilégiées et notamment celles s’appuyant sur la vidéosurveillance, les rondes, et surtout, comme cela a déjà été précisé, sur la sensibilisation du plus grand nombre à être vigilant. Ces sensibilisations pourraient aussi bien émaner de l’État que de l’entreprise.

La sécurisation d’une entreprise, d’un lieu public, d’un hôpital, d’une école, etc. ne peut pas reposer uniquement sur la mise en place ou le renforcement du gardiennage, la mise en place de moyens de vidéosurveillance ou bien encore sur des moyens de contrôle d’accès électroniques et mécaniques, pour ne citer que quelques moyens. Non, la sécurisation de ces lieux doit au contraire reposer sur des réflexions profondes, et ce en mesurant parfaitement tous les tenants et les aboutissants avant toute mise en œuvre. Chaque lieu, chaque contexte sont uniques ; par conséquent, les stratégies et les tactiques qui doivent être déployées en matière de sûreté doivent l’être aussi.

Enfin, seuls une parfaite coordination des forces de sécurité publique et de sécurité privée, une parfaite anticipation de tous les scénarios possibles, une parfaite anticipation de toutes nos réactions, des planifications millimétrées et surtout un véritable sens critique de nos propres actions nous permettront de tenir en échec ces fous de Dieu.


Pour vous protéger, et protéger votre patrimoine, n’hésitez pas à consulter nos solutions de


Partager sur les réseaux sociaux :

Abonnez-vous

Recevez une alerte par email à chacune de nos publications

    * En soumettant ce formulaire, j’accepte que les informations saisies soient utilisées pour m’alerter des nouvelles publications d’HAXXOM.
    J’accepte également de recevoir les offres commerciales et promotionnelles d’HAXXOM.
    Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter notre Politique de Gestion des Données Personnelles.