La démarque inconnue : un fléau pour l’entreprise

La démarque inconnue : un fléau pour l’entreprise


La démarque inconnue qui est une différence entre le stock théorique et le stock réel, est une véritable atteinte à l’outil de travail de l’entreprise et de facto à sa rentabilité. Cette démarque inconnue qui peut être le fait de vols, de casse ou de produits égarés est toujours très frustrante pour les entreprises qui en sont victimes.


 

Selon une étude réalisée en 2013 par Checkpoint Systems, la démarque inconnue aurait coûtée la somme de 4,4 milliards d’euros en France. Dans le monde, ce même chiffre atteint la somme de 96,8 milliards d’euros aux grands distributeurs, soit 1,29 % de leurs chiffres d’affaires.

Cette étude nous apprend également que ceux qui se livrent aux vols sont majoritairement jeunes : 35 % des auteurs sont âgés de 18 à 30 ans, les 30 à 45 ans représentent quant à eux 30 % alors que la tranche d’âge des 45 à 60 ans ne représente plus que 15 %.

Dans le cadre de cet article, nous allons nous intéresser plus particulièrement aux problématiques des vols qui est l’une des composantes de la démarque inconnue dans les dépôts où sont stockés et d’où partent les produits que nous trouvons dans nos magasins ou livrés directement à notre domicile.

Comme vous pouvez l’imaginer, si certains dépôts peuvent stocker des produits n’attirant que très peu la convoitise du commun des mortels, d’autres au contraire sont appelés à stocker des produits bien plus attrayants.

Du chapardage au pillage

Dans un entrepôt, les vols peuvent être le fait des salariés, des intérimaires, des fournisseurs ou bien encore des sous-traitants. Il n’existe aucun profil type du voleur et ce dernier peut appartenir à toutes les couches socioprofessionnelles sans aucune distinction : ouvriers, agents de maîtrise, et cadres peuvent tous potentiellement se révéler malhonnêtes.

Il est néanmoins possible de distinguer trois grandes catégories de voleurs.

Il y a tout d’abord, les opportunistes. Comme leur nom l’indique, ces acteurs agissent uniquement par opportunité, voire par mimétisme. Ils peuvent se dire que, si untel a volé une tablette, un smartphone ou une barre de chocolat, alors pourquoi pas eux ! Pour justifier leur acte, ils trouveront tout un tas de bonnes raisons : ils ne sont pas assez payés, ils sont mal considérés, ils ont agi par vengeance, ils ne savent pas pourquoi ils ont agi de la sorte, etc. Cette catégorie est bien entendu celle qui finit toujours par se faire prendre la main dans le sac.

La deuxième catégorie de voleurs est bien plus méticuleuse dans la préparation et l’exécution de ses méfaits. Ces voleurs vont prendre en compte les mesures mises en œuvre pour protéger les marchandises (vidéosurveillance, ronde d’agents de sécurité, portique de détection de masse métallique, procédures, etc.) et ils sont donc déjà plus difficiles à identifier et stopper.

Nous pouvons classer la troisième catégorie dans celle des professionnels. En effet, ces personnes préparent quant à elles avec beaucoup de minutie leurs actes. Ils agissent toujours avec un ou plusieurs complices, car le chapardage ne les intéresse pas. Ce qu’ils recherchent, c’est mettre en œuvre un véritable pillage de l’entrepôt en parvenant à en faire sortir une, voire des palettes de marchandises. Ces acteurs malveillants sont généralement très discrets dans leur comportement et bien souvent exemplaires dans leur travail. Pour mener à bien leurs actes, ils ont une parfaite connaissance des procédures de sûreté, mais aussi des procédures opérationnelles. Une fois qu’ils ont trouvé une brèche, ils s’y engouffrent, puis testent sa résistance afin de s’assurer qu’ils pourront agir en toute impunité, et enfin ils l’exploitent tel un filon d’or.

Il existe bien un trait commun à ces trois catégories de voleurs. Ce trait commun qui représente aussi leur plus grande vulnérabilité est la confiance qu’ils placent en eux et dans leur modus operandi.

Des investissements importants pour une réelle économie

S’attaquer à la démarque inconnue liée aux vols est une démarche qui implique des moyens matériels, des moyens humains, mais aussi des procédures extrêmement strictes.

Le prix à payer afin de réduire les vols dans un entrepôt peut être très important, mais au bout du compte souvent bien moins coûteux que ne peuvent l’être les vols, la désorganisation liée à ces vols, la perte de clients mécontents, la perte de chiffres d’affaires ou bien encore la baisse du résultat net.

Au bout de cette chaîne infernale, celui qui pâtit bien souvent des agissements d’une petite poignée de malveillants est le salarié qui accomplit quotidiennement ses missions avec le plus grand soin. En effet, si l’entreprise voit sa rentabilité baisser du fait des agissements délictueux de certains, elle finira toujours par répercuter ces coûts sur les emplois, mais aussi sur les intéressements et/ou les bonus.

Une recette payante

C’est uniquement un habile assemblage de moyens et de procédures qui peut permettre de voir un taux de démarque inconnue s’effondrer totalement. Une fois déployés, ces moyens et procédures ne doivent laisser aucune brèche à tous ceux qui pensent pouvoir s’enrichir sur le dos de l’entreprise. Néanmoins, tels des chasseurs, ces personnes sans foi ni loi n’auront de cesse de chercher de nouveau à contourner les moyens et procédures qui auront été déployés. La lutte contre la démarque inconnue doit perpétuellement se réadapter face à l’inventivité de ses auteurs.

À titre d’exemple, le maillage d’un dépôt en vidéosurveillance fera s’écrouler immédiatement le taux de démarque inconnue, mais hélas seulement pour une durée limitée (3 à 6 mois), car les plus inventifs d’entre eux trouveront une nouvelle parade qu’il faudra de nouveau détecter et contrecarrer.

Identifier les vulnérabilités en matière de sûreté, mais aussi sur un plan opérationnel, apporter des mesures correctives adaptées, déployer massivement des moyens matériels, coordonner avec minutie l’ensemble, voilà une recette qui doit permettre de faire face efficacement aux vols dans des entrepôts.

Mais hélas, cette recette pourtant efficiente n’est pas un remède magique. C’est pourquoi il importe d’y ajouter d’autres ingrédients comme la détermination, l’exemplarité et un niveau de tolérance de zéro face à ces pilleurs.


Pour vous protéger, et protéger votre patrimoine, n’hésitez pas à consulter nos solutions de


Partager sur les réseaux sociaux :

Abonnez-vous

Recevez une alerte par email à chacune de nos publications

    * En soumettant ce formulaire, j’accepte que les informations saisies soient utilisées pour m’alerter des nouvelles publications d’HAXXOM.
    J’accepte également de recevoir les offres commerciales et promotionnelles d’HAXXOM.
    Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter notre Politique de Gestion des Données Personnelles.