Défense et sûreté industrielle : quelles différences ?

Défense et sûreté industrielle : quelles différences ?

 


La vocation première de la sûreté industrielle est de protéger les collaborateurs de l’entreprise, ses biens matériels et immatériels, et ce contre toutes les formes d’actions malveillantes ayant pour origine l’homme agissant de manière volontaire. La défense industrielle est d’un tout autre niveau. En effet, ces auteurs ne chercheront pas seulement à atteindre physiquement des personnes de l’entreprise ou bien encore à accaparer des biens. Ils rechercheront également à affaiblir structurellement et durablement l’entreprise et ses dirigeants avec la volonté de créer le plus de dégâts possible.


 

Pour les « attaques » les plus offensives, « l’ennemi » avancera de manière « camouflée » en usant et abusant de subterfuges de toutes sortes, qu’il s’agisse d’attaques informatiques, de rumeurs concernant la fiabilité d’un produit, ou bien encore de mises en avant de problèmes structurels ou financiers. Dans tous les cas de figure, ces attaques seront toujours protéiformes et multiples.

Face à de telles situations, il sera bien souvent illusoire de se dire que la tempête finira bien par se calmer, car, selon toute vraisemblance, elle ne calmera pas. Les personnes à l’origine de telles attaques n’ont qu’une seule volonté : déstabiliser durablement l’entreprise ou l’organisation et, par là même, ses dirigeants.

Comme vous l’aurez compris, en matière de défense industrielle, il n’est nullement question de défendre une position physiquement, mais bel et bien de défendre les intérêts économiques d’une entreprise, sa vision, ses stratégies, ses valeurs et, dans certains cas, sa pérennité.

Les attaques visant à déstabiliser une entreprise ou ses dirigeants ne sont jamais ou très rarement frontales. Car, dans un tel cas, l’entreprise pourrait aisément et de manière quasi systématique poursuivre le ou les commanditaires par voie judiciaire.

Il est même des situations où de telles attaques peuvent laisser penser à une coïncidence… Certains pourront même penser que « c’est la faute à pas de chance »… Hélas, la chance ou le manque de chance n’ont que très peu de place dans un monde des affaires hyperconcurrentiel, car, pour certains, seuls les objectifs à atteindre et les résultats qui en découleront n’ont de l’importance, tout le reste n’étant qu’accessoire.

La détection des stratégies et tactiques offensives ne peut se faire qu’en étant très attentif à l’environnement de l’entreprise. Si les signaux forts sont détectés avec une certaine facilité, il peut en être tout autrement concernant les signaux faibles.

Enfin, en matière de défense industrielle, il ne faudra jamais oublier que ce ne sont que très rarement les grands coups forts qui font s’écrouler des édifices entiers, mais bel et bien la multiplication de petits coups faibles, permettant dans un premier temps d’affaiblir la structure et dans un second temps de porter le coup décisif.

Les contre-offensives en matière de défense industrielle seront tout aussi protéiformes que les attaques peuvent l’être. Ces mesures pourront être de type commercial, financier, organisationnel, etc.

En résumé, si l’objectif de la sûreté industrielle est bien de protéger l’entreprise, la défense industrielle a pour vocation de défendre – comme son nom l’indique – les intérêts de l’entreprise. La sûreté peut être considérée comme un premier rempart, mais il ne faut jamais perdre de vue que les remparts peuvent être enfoncés ou contournés.


Pour vous protéger, et protéger votre patrimoine, n’hésitez pas à consulter nos solutions de


Partager sur les réseaux sociaux :

Abonnez-vous

Recevez une alerte par email à chacune de nos publications

    * En soumettant ce formulaire, j’accepte que les informations saisies soient utilisées pour m’alerter des nouvelles publications d’HAXXOM.
    J’accepte également de recevoir les offres commerciales et promotionnelles d’HAXXOM.
    Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter notre Politique de Gestion des Données Personnelles.