Le blog d’HAXXOM

Gestion de l’ordre public et « syndrome Malik Oussekine »

22/03/2019 par Jean-Jacques RICHARD
  Gilets jaunesRien ne peut légitimer les scènes de violence extrême auxquelles nous assistons depuis plusieurs mois maintenant, et certainement pas l’idée soutenue par certains que, sans casse, les parties prenantes ne seraient pas entendues. Au gré des semaines, et malgré des dispositifs de force de l’ordre très importants, les débordements sont de plus en plus considérables, laissant penser aux complotistes que le gouvernement laisse faire afin de justifier des mesures de plus en plus sécuritaires et à d’autres, que ce même gouvernement est tout simplement incapable de gérer de telles situations. La réalité est un peu plus complexe que les 2 approches ci-dessus. En effet, ce gouvernement, comme ceux qui l’ont précédé, souhaite avant toute chose éviter qu’un ou plusieurs protagonistes (manifestants/casseurs ou membres des forces de l’ordre) ne soient tués dans les affrontements visant à faire stopper des exactions de toutes sortes.